en

fr

+ Index

2015–16

Bilder „Ohne Titel“

de

Il s’agit ici de mon travail de Bachelor qui s’intitule « Imagessans Titres › — de l’abondance visuelle » et qui traite de l’image. Dans un premier temps sous sa forme d'artefact graphique à deux dimensions, puis dans un deuxième temps, il questionne son effet sur le spectateur, dans
un monde prédominé par des stimuli visuels. Prenant comme point de dé-part l'hypothèse que la production massive, abondante et inces-sante d’image sature notre perception et rend le spectateur aveugle et inattentif à l’image.

Un aspect essentiel de ce travail est de retracer l'évolution de
la conception esthétique des espaces d’image virtuelle, en s'intéressant à son développement historique, à ses césures ainsi que ses différentes techniques de représentation. Surgissant, tout d'abord, des espaces d’illu-sion de la renaissance, pour ensuite aboutir à des sphères d’expériences multisensorielles issues du monde virtuel, générées par ordinateur.

L’analyse réalisée montre une évidente aspiration à l’illusion maximale, avec les moyens techniques propre à chaque période temporelle.
Une attention particulière est portée aux méthodes de distanciation et de dénaturation, utilisées pour la création d’espace et de profondeur dans l’image.

Des expériences visuelles ont vu le jour au cours et à la suite de
ce travail théorique. Celles-ci s'évertuent, grâce à des intervention subtiles sur l’image, à la transformer afin de créer de la place à l'interprétation propre du spectateur. Sur la base de contextes d’images multiples et ambi- valents, de nouveaux espaces de perception sont possibles.

 

 

Travail de Bachelor, photographies et mise en page par Carla Theurer.

198 x 297 mm / 152 pages. Hiver 2015–2016.

Il s’agit ici de mon travail de Bachelor qui s’intitule „Images ‚sans Titres‘ —  de l’abondance visuelle“et qui traite de l’image. Dans un premier temps sous sa forme d'artefact graphique à deux dimensions, puis dans un deuxième temps, il questionne son effet sur le spectateur, dans un monde prédominé par des stimuli visuels. Prenant comme point de départ l'hypothèse que la production massive, abondante et incessante d’image sature notre perception et rend le spectateur aveugle et inattentif à l’image.

Un aspect essentiel de ce travail est de retracer l'évolution de la conception esthétique des espaces d’image virtuelle,
en s'intéressant à son développement historique, à ses césures ainsi que ses différentes techniques de représen-tation. Surgissant, tout d'abord, des espaces d’illusion de la renaissance, pour ensuite aboutir à des sphères d’expériences multisensorielles issues du monde virtuel, générées par ordinateur.

L’analyse réalisée montre une évidente aspiration à l’illu-sion maximale, avec les moyens techniques propre à chaque période temporelle. Une attention particulière est portée
aux méthodes de distanciation et de dénaturation, utilisées pour la création d’espace et de profondeur dans l’image.

Des expériences visuelles ont vu le jour au cours et à la suite de ce travail théorique. Celles-ci s'évertuent, grâce à des interventions subtiles sur l’image, à la transformer afin de créer de la place à l'interprétation propre du spectateur.

Sur la base de contextes d’images multiples et ambivalents, de nouveaux espaces de perception sont possibles.

 

 

Travail de Bachelor, photographies et mise en page par
Carla Theurer. 198 x 297 mm / 152 pages. Hiver 2015–2016.

Index

@